La pharmacopée ou phytothérapie chinoise permet aussi le traitement des déséquilibres énergétiques. Les produits utilisés sont décrits avec des critères précis qui sont :

-   la saveur (douce, piquante, salée, acide, amère), chacune d’elle ayant des propriétés physiologiques particulières

-   la nature : c’est l’effet thermique produit sur le corps une fois l’aliment digéré. Selon la sensibilité de la personne à la chaleur ou au froid, les produits choisis pour un traitement seront de nature fraiche, froide, tiède, chaude ou neutre.

-   Le tropisme : il s’agit de la zone d’action privilégiée du produit utilisé.

-   Leurs actions spécifiques : tonifier le Qi, réchauffer l’interne, chasser le froid…  Pour une personne frileuse par exemple, le gingembre ou la cannelle entreront dans la composition de la formule de traitement.

Le choix des produits ou d’une formule de pharmacopée répond aux principes de traitement définis lors du bilan énergétique.

 

 


La diététique est basée sur les mêmes concepts que la pharmacopée. Elle prend aussi en compte les notions de saveurs, nature et tropisme. Elle fait la différence entre manger et se nourrir, et considère notamment qu’il est important de :

manger des produits locaux de qualité (fraicheur, conditions de culture etd ‘élevage)

consommer des produits de saison (dont la nature est adaptée au climat)

équilibrer les repas selon l’adage : « il faut manger le matin comme un prince, à midi comme un marchand, et le soir comme un mendiant »

En fonction du terrain de chacun, de sa constitution, des conseils spécifiques peuvent être apportés pour favoriser les fonctions physiologiques défectueuses, en cas de surpoids, d’amaigrissement, ou de troubles du système digestif.

L’alimentation est une des premières sources d’énergie de l’organisme (avec la respiration). Nos habitudes alimentaires sont aussi les premières causes de déséquilibre. Des adaptations diététiques et culinaires permettent d’apprécier une cuisine savoureuse et favorable à la santé.